05/10/2006

• (08) Ardennes by Popeye 08

LES ARDENNES carte ardennes

C'est en janvier 1790 que le département des Ardennes a vu le jour avec Mézières comme chef-lieu. Son nom (Arduina) a été cité pour la première fois par Jules César dans la Guerre des Gaules en faisant référence à la forêt impénétrable qui occupait une majeure partie du département.

Le Dolmen de la Ganguille (Giraumont)dolmen

Par ailleurs, Arduina était le nom d'une déesse celte montant le célèbre sanglier ardennais. Les découvertes du Docteur Rozoy au Roc la Tour et de Clément Marolle dans le secteur de Mouzon attestent de la présence d'une vie organisée au paléolithique et au néolithique (40000 et 3800 ans avant JC).

A la tête des troupes romaines, Jules César rencontrera une farouche résistance de la part des Eburons et des Trévires occupant la forêt d'Ardennes. Il ne parviendra à pacifier le secteur qu'au prix de l'élimination du chef Indutiomar.

 La dislocation de l'Empire Romain conjuguée à l'invasion des Francs provoquera une nouvelle donne. Les mérovingiens, puis les carolingiens règnent sur la région et favorisent le développement du christianisme Plus tard, au XI ème siècle, l'élan monastique conduit à un essor économique important. 

Le Château Feodal de Montcornetmontcornet

Les moines défrichent ; cultivent, organisent et construisent d'imposantes abbayes (Bonnefontaine, Signy l'Abbaye.etc..). Les moines de Bonnefontaine extraient l'ardoise à Rimogne afin de couvrir leurs abbayes. Les siècles suivants seront moins glorieux avec l'instauration de petites souverainetés féodales.

C'est le cas à Rethel, Montcornet ou encore Château-Regnault. Curieusement, Rethel va jouer un rôle important dans le développement de Charleville. En 1521, la fille de François de Clèves (comte de Rethel) épouse un prince italien : Louis de Gonzague. Il construit un petit Versailles hélas aujourd'hui bien endommagé : le Château de la Cassine.

La place Ducale de Charleville.place ducale

Son fils, Charles de Gonzague créé Charleville et lui donne ses lettres de noblesse.  Pendant ce temps, la famille de la Mark règne sur la principauté de Sedan. Robert de la Mark défit Charles Quint et la toute puissante Espagne.

C’est Mézières qui paiera les pots cassé avec le siège interminable de 1521 où s’illustre Bayard.

Les années qui suivront jusqu’à nos jours seront des années de souffrances et  de sacrifices.

Tout d’abord avec la Guerre de Trente Ans au XVII ème siècle et la terrible bataille qui fait plier l’Espagne en 1643.

Charles de Gonzaguegonzague

Le département des Ardennes paiera un lourd tribu de son statut de zone frontalière. Dans un premier temps avec les Pays Bas espagnols de Charles Quint, puis ensuite face aux percées

allemandes de 1870 à 1940.

Acte de bravoure en septembre 1870, du coté de Bazeilles dans l’enceinte de l’Auberge Bourgerie (aujourd’hui Maison de la Dernière Cartouche).

LA MAISON DE LA DERNIERE CARTOUCHE (Bazeilles)maisonDCartouch

C'est à Vrigne Meuse qu'on sonnera l'armistice le 11 novembre 1918. Le 15 mai 1940 : la folie d'un commandement complètement dépassé ordonne la charge d'une brigade de spahis contre les chars allemands à la Horgne le 15 mai 1940.

 En juin 1944, 106 jeunes résistants membres du Maquis des Manises périssent sous les balles des Allemands après avoir été torturés.

 Les Ardennes seront libérées deux mois après.

CHATEAUX

Dans les Ardennes s'échelonnent dès le Haut Moyen Age les puissants châteaux-forts, les citadelles et les places fortes de nos Rois et de nos Princes. Quelques donjons et ruines en témoignent encore : Montcornet, Linchamps, Lumes, Day etc.

chateau 2La guerre de Cent Ans en a détruit beaucoup. Le XVème Siècle en a relevé quelques autres, bien que marquant la fin de la grande féodalité.

Les hobereaux locaux édifient alors, pour défendre leurs familles et leurs manants un vrai réseau de petits châteaux, maisons-fortes et fermes-fortes. Cette architecture civile fortifiée est d'une diversité sans pareil, aucun édifice ne ressemble à son voisin, conçu en fonction des lieux et des matériaux par d'humbles maîtres d'œuvre. Il fallait non pas soutenir un siège, mais résister quelques jours à des bandes de coursiers, de pilleurs à des raids de représailles.

La Renaissance à l'Italienne ne pénètre guère dans nos Ardennes (Thugny-Trugny) où l'on continue de bâtir longtemps selon un mode semi-moyenâgeux. Cependant, on peut y découvrir de beaux exemples d'architecture briques et pierres d'époque Louis XIII, soit urbaine (Place Ducale à Charleville), soit rurale (Grandpré, Abbayes du Mont Dieu et de Bonnefontaine).chateau

Au XVIIIème siècle on modernise quelques maisons fortes qui le méritent encore. Et apparaissent des manoirs et des châteaux de plaisance, ceux d'aristocrates bien en cour à Versailles, ou ceux des maîtres de l'industrie naissante : les drapiers dans le Sedanais (Bazeilles, Remilly-Aillicourt), ou ailleurs les Maîtres de forge. Ils les entourent de vastes jardins et de parcs, prolongés par des bois pour la chasse.

Une richesse exceptionnelle qui subsiste, dans un si beau cadre naturel, justifie largement le voyage.

LE CHATEAU FORT DE SEDANcahateau sedan 2

Situé en lisière de la forêt d'Ardenne, en bordure de Meuse et à quelques kilomètres de la frontière belge, Le château fort de Sedan, avec ses 35 000 m2 de superficie, est le plus grand château féodal d'Europe. Edifié à partir de 1424 par Evrard de La Marck, il fut constamment agrandi, renforcé et modernisé témoignant ainsi de quatre siècles d'évolution de l'architecture militaire.

Aujourd'hui classée monument historique, la forteresse rappelle à elle seule la richesse passée de la cité sedanaise sur laquelle régnèrent pendant près de deux siècles la puissante famille de La Marck, princes souverains de Sedan et ducs de Bouillon puis, à partir de 1591, celle de La Tour d'Auvergne.EstSedanChateau
Une indépendance pourtant perdue en 1642, lorsque la ville de naissance de Turenne fut, à la suite de complots politiques menés par le Prince Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne contre le cardinal de Richelieu, rattachée à la couronne de France.
Toute cette histoire est aujourd'hui racontée à l'Historium du château, au cours d'un circuit de visite ponctué de scènes de vie reconstituant le Sedan médiéval et moderne.

EGLISES

Chaque village a son église, elle témoigne de la vie au pays. Qu'elle soit fortifiée comme un château en Thiérache, échauguettes aux angles, tours sur le côté et assommoirs au dessus de la porte ou qu'elle soit romane comme à Malmy, Sorcy Bauthémont ou Machault, chacune a sa spécificité.
Descendez dans le sud et laissez-vous surprendre par l'église d'Asfeld, en forme de viole, aux briques concaves et convexes, unique exemple d'architecture baroque dans nos régions.

egliseL'abbatiale de Mouzon se distingue par un triforium d'exception et un orgue du XVIIe qui joue tous les dimanches d'été pour les amateurs. Saint-Juvin en Argonne est encadrée par quatre tours d'angle, comme quatre sentinelles pour garder le village.

L'église des Hauts Buttés posée sur les hts buttéshauteurs de Monthermé abrite environ 2 500 ex-voto dédiés à Saint-Antoine. Au hasard de vos promenades ou en suivant les itinéraires dessinés par les offices de tourisme, vous profiterez d'autres églises toutes aussi merveilleuses

FORTIFICATIONScharlemont

Charles QUINT, se sentant menacé par le royaume de France, donne en 1555 l’ordre de construire sur l’éperon calcaire de Givet, une imprenable citadelle qui portera son nom : Charlemont (elle ne deviendra française qu’en 1678, l’année où Vauban l’agrandit).

Toujours en 1555, du côté français, Henri II, roi de France fait construire une place forte : rocroiRocroi et ses fortifications en étoile. Elle sera le théâtre d’une terrible bataille en 1643 et remaniée par Vauban en 1675

Bien plus tard, la France érigera la fameuse " ligne Maginot ". Le seul fort qui sera attaqué maginotpar les allemands se trouve à Villy-la-Ferté dans les Ardennes. 104 soldats français y périrent le 19 mai 1940.

Une visite impressionnante vous mènera à 35 mètres sous terre.

LA FORÊT

sous bois 2La forêt des Ardennes, c'est 150 000 hectares de chênes, de hêtres et de bouleaux. La forêt s'apprécie que l'on soit du pays ou non.

Réserve de bois de chauffage pour l'affouagiste, source de planches de belle qualité pour l'ébéniste ou repaire de promenades, la forêt sous des visages variés, propose un nombre d'aspects étonnants.

Mmusee foretais celui qui se promène en forêt s'étonne toujours du calme des lieux. Depuis le 12éme siècle, le temps des moines défricheurs, les bois n'ont connu que le travail des charbonniers et des bûcherons.
Le musée de la forêt à Renwez
en retrace la vie.

 

 

 

FAUNE ET FLORE

Animal mythique, le chevreuilsanglier est devenu l'emblème des Ardennes. Mais les chevreuils, les renards et depuis peu les castors et combien d'autres encore vivent dans les Ardennes. C'est à la tombée de la nuit que vous aurez le plus de chance de les voir, les plus patients ou les plus chanceux pourront même entendre en début de soirée d'automne, le brame du cerf ou le chant saccadé de l'engoulevent.

Pour les plus attentifs, la flore est aussi riche que la faune, les orchydéeorchidées s'imposent du nord au sud et de l'est à l'ouest. Les droseras, plantes carnivores, occupent le nord de l'Ardenne. Un peu plus loin c'est la linaigrette ou la trientale d'Europe qui s'étendent en parterre. Les bois sont une source inépuisable de surprise et de ravissement

Contactez les centres d'initiation à la nature de Boult-aux-Bois ou de la Neuville aux Haies (Les Hautes Rivières) pour des promenades découvertes.

 

 

 

LES PIEDS DANS L' HERBErando chevaux

1 000 kilomètres de promenades balisées, 330 kilomètres de randonnées équestres et deux GR pour les amateurs ! Ici le promeneur est un roi.

Les chemins sont répartis sur l'ensemble du département, ils musardent autant dans les forêts de chêne du massif que dans les plaines fleuries du Porcien.

A cheval, sillonnez les Ardennes d'étape en étape.

Les plus sportifs pourront suivre des itinéraires de V.T.T. spécialement conçus pour eux sur les hauteurs de l'Ardenne. Les cyclotouristes quant à eux auront les richesses vicinales de routes tranquilles et paisibles.

Pour les amateurs de golf, 3 parcours sont tracés pour eux, parfois autour d'une abbaye 17éme à Fagnon ou encore entre deux collines préardennaises à Villers le Tilleul et, le plus surprenant, sur des fortifications militaires comme à Margut.

LES PIEDS DANS L' EAUsemoy

Affalez la grand' voile, montez le petit perroquet, hissez le pavillon. Les matelots envahissent les lacs des Ardennes. Que vous soyez sur le lac des Vieilles Forges ou sur celui de Bairon, la part est belle aux marins d'eau douce.

Bien évidemment, la planche à voile a sa place aussi, ici l'eau est calme mais le vent en risée est toujours présent pour jouer dans les voiles des embarcations. Accostez sur les plages, le bord des lacs offre aussi des possibilités de baignade tranquille et de farniente prolongé.

pecheEt si vous vous sentez l'âme d'un pionnier, partez comme un trappeur. Sur le bord de la Semoy poussez le canoë à l'eau puis pagayez de méandre en méandre. Et si au creux d'un virage vous apercevez un indien qui fait des grands gestes, ne vous affolez pas, c'est sans doute un pêcheur à la mouche qui exerce son art à l'encontre des truites de la rivière.

TOURISME FLUVIALnav meuse

Sur la Meuse ou sur les canaux, pour une heure ou pour la vie, partez sur les chemins d'eau. Le bateau mouche Ardennes s'anime pour de courtes promenades. Au rythme lent du clapotis de l'eau, les berges égrènent leurs monuments et leurs histoires. Et pour un peu que vous soyez attentif, vous aurez la chance d'apercevoir un héron, qui de son long cou, salue votre passage.

Vous avez pris goût à la rivière ? Poursuivez votre périple, en louant une pénichette pour un week-end ou pour deux ou trois semaines. Vous approcherez les richesses de la vallée de la Meuse ou de la vallée de Montgon.

Les écluses se succèdent sur votre passage, elles ouvrent leurs portes comme dans un palais merveilleux, le bief qui suit est empli de richesses, celui d'après est encore différent.

ROUTES TOURISTIQUES

La Route des Fortifications   fortification

De la vallée de la Meuse à la vallée de la Chiers, en passant par le plateau de Rocroi, les forteresses qui jalonnent cet itinéraire témoignent d'un passé tourmenté : la forteresse de Charlemont construite par Charles Quint à Givet, le plus grand château fort d'Europe à Sedan, la ville fortifiée en étoile de Rocroi, le dernier fort de la ligne Maginot à la Ferté…
Le destin de la France et de l'Europe s'est bien des fois joué dans les Ardennes : Rocroi (1643), Sedan (1870-1940). Une inoubliable leçon d'histoire.

La Route des Légendes de Meuse et de Semoy4 fils aymon

Au cœur du massif ardennais, surplombant les méandres de la Meuse et de la Semoy, laissez-vous transporter au pays des légendes, des fées ou des seigneurs diaboliques.legendes
Le château du diable à Roc-la-Tour, les Dames de Meuse à Laifour, les Quatre Fils Aymon à Bogny-sur-Meuse, les Rièzes de Rocroi : des sites exceptionnels pour les plus célèbres légendes des Ardennes.

La Route Rimbaud-Verlaineroute rimbeau

Véritable pèlerinage poétique, évoquant par Charleville (maison natale et tombe de Rimbaud, musée), Roche (lavoir où Rimbaud aurait écrit " Une saison en Enfer "), Rethel (Verlaine y enseigna au Collège), Juniville (auberge Verlaine), Coulommes (où Verlaine séjourna), les rimbeau 2pérégrinations de ces grands noms de la littérature française. Les paysages tout au long de cet itinéraire sont en parfaite harmonie avec ces personnages hors du commun. Attention, certaines portions de route ne sont pas accessibles aux autocars !

RIMBAUD et VERLAINE

ARTHUR ET PAUL

rimbaudArthur Rimbaud est né à Charleville le 20 octobre 1854. Sa mère, rapidement délaissée par un mari officier d'infanterie assumera seule la charge de l'éducation de ses quatre enfants. Rapidement sa préférence va vers Arthur, élève brillant à l'avenir prometteur. verlaine
Le jeune garçon, quant à lui, préfère la littérature de son temps. Arthur se pique de poésie. Le jeune poète doit fuir pour Paris. Une première fugue l'amène en prison, une seconde le pousse dans les bras de Verlaine. Le "prince des poètes" l'initie à une poésie nouvelle, plus empreinte d'authenticité.

Ensemble Arthur et Paul voyagent en Europe. De temps en temps Arthur revient à Roche, berceau familial, au cœur d'un paysage trop tranquille. Un coup de feu en gare de Bruxelles consomme la rupture entre les deux hommes, Verlaine part en prison, Rimbaud délaisse la littérature poesiepour l'exploration. Ses voyages poussent Rimbaud en Afrique pendant que Verlaine hésite aux alentours de Rethel entre enseignement et agriculture. Arthur après un voyage éclair à Roche meurt à Marseille, en 1891, d'une tumeur au genou. Verlaine traînera sa plume à Paris avant d'y mourir dans le dénuement le plus total.

VILLES

Cités industrieuses du nord ou métropoles cantonales du sud, les Ardennes sont aussi le pays des gros bourgs. Chacun a ses richesses, historiques ou religieuses. Les traces subsistent.

façade 2A Buzancy, ce sont les communs d'un château, fer à cheval de pierre qui ouvrent sur les étangs. A Rocroi, cité en étoile, les murs parlent de Vauban. A Hierges, village surmonté d'un château, les rues montent et descendent entre les pierres bleues. Avançons un peu. Givet et Charlemont, une cité et sa forteresse édifiée par Charles Quint, offrent le charme d'une ville française aux tonalités belges.

Ajoutons Rethel cité de Mazarin et de Verlaine, Vouziers et son église Saint Maurille au portail renaissance. Découvrons aussi Fumay, Haybes et Rimogne et leurs ardoisières, Mouzon et son abbatiale à l'ambiance feutrée. L'histoire ne fait que commencer…

CHARLEVILLE-MÉZIÈRESducale

Une ville, cinq communes, Charleville-Mézières est une mosaïque d'histoire. Mézières, la mère, naît en 899, ville des fortifications. La Porte de Bourgogne, la Tour des Liégeois ou la Tour du Roy, témoignent toutes d'un passé mouvementé.
Le temps des guerres passé, on a reconstruit autour des vestiges. L'artiste René Dürrbach, opérateur de couleurs, rend à la basilique de Mézières, gothique et flamboyante, des vitraux symboliques dédiés à la vierge noire.

 L'Ecole Royale du GénieRouget de l'Isle étudia et où Monge enseigna est devenue la Préfecture et le Conseil Général. Un matin de mai 1606 au Palais des Tournelles de Mézières, Charles degonzague 2 Gonzague enfante Charleville. Sur une principauté indépendante distante de moins d'une lieue, l'architecte Clément Métézeau applique à la ville qui naît une architecture novatrice, celle d'un urbaniste visionnaire.

La place Ducale au centre de la ville présente aujourd'hui encore un exemple rare d'architecture à ordre du début du XVIIe siècle. A ces deux villes qui se jumellent en 1966, viennent s'agréger Mohon l'industrielle, Etion la villageoise, et Montcy Saint-Pierre la Mosane.

SEDAN

Construit vers 1424, le Château Fort de Sedan est le plus grand Château Fort d'Europe avec ses 35 000 m2 de superficie.
sedanAvec sa position stratégique sur la frontière de l'Est de la France, il fut sans cesse agrandi, renforcé, modernisé par les puissants La Marck, ducs de Bouillon et princes souverains de Sedan.

La ville est aussi riche d'un passé industriel façadetextile et de manufactures drapières. Il subsiste de cette époque, la maison des Gros Chiens et le Dijonval qui se souviennent du passé glorieux de la cité.
Sedan est la seule ville classée " Ville d'Art et d'Histoire " dans les Ardennes.

Il ne faut pas oublier les grandes heures sportives de la ville, le club de football deux fois vainqueurs de la coupe de France et qui joue encore les trouble-fête en division 1, et le Sedan-Charleville, la plus ancienne course pédestre de ville à ville en France.

 

MÉTALLURGIE, ARDOISE ET TAPISfondeur

Les Ardennes ont donné à la France ses plus belles toitures. L'ardoise est extraite régulièrement en surface dès le XIIe siècle. Quasiment sans discontinuer la production augmente jusqu'à la fin du XIXe siècle. Depuis, les industries ont fermé mais il subsiste des traces de cette activité. Déjà au nord du département les toitures sont bleues, violettes ou vertes.

Les vallées de la Meuse et de la Semoy forgent, estampent et ébarbent des bielles pour Rolls Royce ou des pièces pour le TGV. Il y a cent ans, c'était des boulons et des rivets.

Le drap de Sedan tisserqui fit la fortune et la renommée de la Principauté est encore représenté par une manufacture de Tapis (visite sur demande) qui fournit l'ambassade de France à Washington ou le Vatican. Le feutre de Mouzon quant à lui est encore florissant dans vos voitures ou sous vos pieds.

Ce savoir-faire ancestral s'expose aux Musées de l'ardoise de Fumay et de Rimogne, au Musée de la Métallurgie à Bogny sur Meuse et au Musée du Feutre à Mouzon.

LA POINTE DES ARDENNES

De Fumay, à Givet, 17 villes et villages, 232 km2 de paysages, de territoires,de forêts traversés par la Meuse

vue givetToute la région est tournée vers la Meuse, son fleuve, son artère. givet 2Chaque village, chaque ville l'a apprivoisée à sa manière, vit à son rythme.

Venez découvrir au fil des villes et villages, les beautés et surprises que vous offre la Meuse comme à Fumay qui en a investi une boucle entière. Givet a choisi de s'y répandre de part et d'autre, Fépin et Montigny-sur-Meuse ont tendu sur elle un bras en forme de barrage. Haybes la jolie, coquette et fleurie, s'étire le long d'un méandre de la Meuse et offre à ses visiteurs un visage de station balnéaire.

ecluseMais que serait la Meuse sans ses modestes affluents ? Il faut goûter au charme discret de la Presle à Aubrives, à l'énergie de la Houille à Landrichamps ou aux secrets du Viroin à Vireux-Molhain.molhain

Lorsque le fleuve se frotte au végétal, le concert de couleurs qu'il  offre à toute heure est une invitation supplémentaire à la rêverie. A Aubrives, la rive blanche (Alba Ripa), vous invite à la flânerie le long de la Meuse agrémentée de monumentales sculptures de l'artiste Georges-Armand Favaudon,egl molhain la promenade est dépaysante, tout comme sur les berges de Vireux-Molhain et Vireux-Wallerand.

La Meuse, parfois capricieuse, a toujours été façonnée par les Ardennais de sa Vallée. A Ham-sur-Meuse, la tradition des bateliers du village est honorée à la chapelle Saint-Nicolas.fumay

Laissez-vous emporter par les plaisirs tranquilles de la pêche : carpe, sandre, brochet et bien d'autres poissons vous attendent ! Profitez en également pour vous balader en bateau électrique et découvrez des paysages uniques, les écluses et autres barrages sans oublier les hôtes de la Meuse.

La Meuse vous donne aussi l'occasion de vous exercer aux diverses activités nautiques qui vous sont proposées. meuseVous qui voyagez en bateau de plaisance, n'hésitez pas à faire un arrêt sur nos haltes fluviales, accueillantes et parfaitement aménagées. Vous pourrez profiter ainsi pleinement de votre séjour en goûtant notamment nos produits du terroir.

Au mois de juillet, fêtons ensemble la Meuse à l'occasion des FestiMeuse. Chaque année, cette manifestation nous invite à passer 3 jours de fête en famille grâce aux nombreuses animations et aux spectacles qui sont proposés tout à l'honneur du Fleuve.

UN PEU D'HISTOIRE

Le peuplement de l'Ardenne remonte aux Celtes. Plusieurs tribus gauloises y prospéraient. Les Romains, puis les Francs en ont accentué le développement.sous bois

Le nom de Fépin apparaît, lui, en 762, à l'époque carolingienne du temps de Pépin le Bref, le père de Charlemagne. Il serait d'ailleurs passé ici, la Collégiale de Vireux-Molhain lui devant son existence (et il y serait enterré, prétendent certains…). De son côté, Vireux-Wallerand s'émancipa dès 1331 et devient français en 1678. C'est à cette même date que l'Espagne lègue à la France les villages de Charnois, Fromelennes, Givet, Hargnies, Landrichamps et Rancennes par le Traité de Nimègue.

La Vallée connut vers 1620 les déchirements des guerres de religion et les calamités de la peste. Depuis de nombreuses chapelles sont dédiées au culte de St-Roch, sauveur de nombreux villageois contre ce fléau. Haybes rejoindra pour sa part la Couronne de France en 1699, suivie par Fumay en 1769, puis par la baronnie de Hierges qui devint française par le " Traité des Limites " de 1772.

haybesNotre territoire connut de terribles heures au cours des deux guerres. Haybes en a fait durement les frais. Le village fut entièrement incendié pendant la première guerre. Il fut reconstruit entre 1919 et 1926 et un imposant monument aux morts témoigne de ces tristes moments. Les paysages apaisés du Mont d'Haurs avec ses blockhaus gagnés par le lierre rappellent ces périodes troublées.

La position de la région rend la vie transfrontalière naturelle. Ici, foisonnent les anecdotes de douanes et de contrebandes. De vieilles bornes frontières se dissimulent encore sous la mousse, au hasard des promenades, souvenirs des astuces de contrebandiers et de la patience de leurs poursuivants.

UNE TERRE DE LEGENDES ET DE SAVOIR-FAIRE

Notre territoire fort de son passé, regorge de légendes. Des Elfes nutonparcourant les forêts de Hargnies aux Nutons peuplant les Grottes de Nichet, laissez-vous guider par ces personnages féeriques au cœur d'une terre de légendes. Venez écouter l'histoire des Dames de Meuse qui s'ennuyaient en leur château de Hierges ou celle du monstre Mahwot qui sommeille au fond de la Meuse.

La poursuite du fantastique vous conduira sûrement à la Roche du Berger, hiergesla Roche de Madame de Cormont ou au Pas Bayard, célèbre rocher portant la trace du sabot de Bayard, le cheval magique des quatre fils Aymon.

De Fumay à Givet, venez découvrir au détour des chemins notre riche patrimoine culturel, industriel, bâti issu de l'histoire, mais aussi du travail des hommes et de leur savoir-faire, notamment la tradition ardoisière du bassin fumacien.

Venez vous abreuver de ces superbes paysages et de cette forêt qui s'offre à vous, de ces villes et villages qui vous proposent de nombreuses activités, des lieux où il fait bon séjourner et se restaurer.

Bon voyage chez moi…

 

RECETTES ARDENNAISES :

 

Pommes de Terre en Bayenne ou Baïenne :

 Pommes de Terre en Bayenne

         1,2 kg de pommes de terre à chair ferme, 500 gr d'oignons jaunes, 3 gousses d'ail, Sel, poivre. Un grand verre de bouillon de volaille.

 

 

Lavez 1,2 kg de pommes de terre à chair ferme sans les peler et coupez-les en deux dans le sens de la longueur. Pelez et émincez 500 g d'oignons jaunes ainsi que 3 gousses d'ail. Rangez une couche de pommes de terre dans le fond d'une cocotte en fonte, recouvrez-les d'une couche du mélange oignon/ail. Remettre ensuite une couche de pommes de terre, salez et poivrez et ainsi de suite. Versez un grand verre de bouillon de volaille sur le tout et faire cuire à chaleur moyenne, pendant une quinzaine de minutes. Mettre la cocotte dans le four et poursuivez la cuisson (160° C) pendant 1 heure.

 

Le gâteau mollet :

Gateau Mollet

      20 gr de levure de boulanger,1 cuillère à soupe de sucre,1 pincée de sel,2 cuillères à soupe d'eau tiède,2 cuillères à soupe de farine, 250 g de farine tamisée, 3 œufs,170 g de beurre.

 

Mélangez 20 gr de levure de boulangerie, 1 cuillère à soupe de sucre, 1 pincée de sel, 2 cuillères à soupe d'eau tiède et 2 cuillères à soupe de farine. Laissez lever la pâte dans un endroit tiède à l'abri des courants d'air pendant 30 minutes.
Versez 250 g de farine tamisée dans une terrine et faites une fontaine au milieu, cassez-y 3 oeufs et ajoutez le levain. Bien mélanger le tout et ajoutez 170 g de beurre ramolli. Ramassez la pâte en boule, et faites la reposer dans un endroit tiède pendant 2 heures. Enfoncez la boule de pâte qui a gonflé pour la faire retomber ; recommencez deux ou trois fois. Versez la pâte dans un moule cannelé. Laissez la lever pendant 30 minutes. Puis cuire 25 à 30 minutes à 230° C.

 

20:21 Écrit par josiane meulders dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ardennes |  Facebook |

Commentaires

Native des Ardennes (Mohon), je viens de consulter avec ravissement et émotion tout cette vie dans le passé de mon Pays Ardennais. Merci pour tous ces renseignements que je découvre car j'étais adolescente lorsque j'ai quitté les Ardennes pour le Pays Basque dont mon père est originaire, mais la plupart des noms évoqués me sont familiers, mon père, marié à une Carolopolitaine en ayant souvent parlé. Très attachée au Pays Basque j'ai cependant la "fibre" ardennaise, je viens de le constater.......... Merci pour tout cela........

Écrit par : BERGES Aline | 20/11/2010

Les commentaires sont fermés.